• Diego Wery, solo show “Qu'est ce qu'on fait Maintenant qu'on Est contents”, Galerie Valeria Cetraro, Paris, 2020 / photo Salim Santa Lucia

  • Diego Wery, solo show “Qu'est ce qu'on fait Maintenant qu'on Est contents”, Galerie Valeria Cetraro, Paris, 2020 / photo Salim Santa Lucia

  • Diego Wery, solo show “Qu'est ce qu'on fait Maintenant qu'on Est contents”, Galerie Valeria Cetraro, Paris, 2020 / photo Salim Santa Lucia

  • Diego Wery, solo show “Qu'est ce qu'on fait Maintenant qu'on Est contents”, Galerie Valeria Cetraro, Paris, 2020 / photo Salim Santa Lucia

  • Diego Wery, solo show “Qu'est ce qu'on fait Maintenant qu'on Est contents”, Galerie Valeria Cetraro, Paris, 2020 / photo Salim Santa Lucia

  • Diego Wery / Gentil toutou / 2018

  • Diego Wery / A Viens jouer avec moi ! / 2017

  • Diego Wery / Qu'est ce que je l'aime / 2016

  • Diego Wery / Ho, pauvre plante / 2016

  • Diego Wery / Symétrie de l'origine / 2018

  • Diego Wery / L'homme corbeau / 2019

  • Diego Wery / Allez aide-moi ! / 2016

  • Diego Wery / La marche de notre escargot / 2017

  • Diego Wery / Le boxeur / 2020

  • Diego Wery / Retomber / 2018

  • Vue de l'exposition "Construire une ruine", Bruxelles, 2016

  • Vue de l'exposition "Construire une ruine", Bruxelles, 2016

  • Vue de l'exposition "Construire une ruine", Bruxelles, 2016

  • Vue de l'exposition "Fœtus adulte", Klein Eiland, Bruxelles, 2017

  • Vue de l'exposition "Fœtus adulte", Klein Eiland, Bruxelles, 2017

Diego Wéry est né en 1993. Il vit et travaille à Bruxelles. Il a étudié à La Cambre, où il a obtenu son diplôme en 2017. Il est actuellement en résidence à la Fondation « Carrefour des Arts » (Bruxelles). Il présente sa première exposition personnelle à Paris Qu’est-ce qu’on fait Maintenant qu’on Est contents à la Galerie Valeria Cetraro en janvier 2020.

La peinture de Diego Wéry, bien que figurative, se construit en un savant mélange d’aplats de couleur et de moments plus dessinés.
Les sujets, issus de l’histoire de l’art classique -avec une affection particulière pour le maniérisme italien-, autant que de la culture populaire la plus actuelle, relèvent d’une intuition sensible. Ses « collages » de références trouvent un espace homogène dans le travail de la peinture. Ce mélange d’images tend vers une forme d’irréalité, l’emploi du flou et la maitrise de l’imprécision participant de la construction d’un vocabulaire davantage poétique. L’artiste favorise une libre interprétation des symboles contenus et fait la part belle aux impressions du regardeur. Diego Wéry cherche ainsi le moyen de faire de la surface picturale une fenêtre ouverte sur d’autres mondes, faisant volontairement abstraction des règles inhérentes à la perspective mono-oculaire, et outrepassant la symbolique des couleurs. Dans certaines expositions, ses peintures participent d’un dispositif plus global, générant des formes d’installation qui incluent des éléments sculpturaux.


Diego Wéry was born in 1993. He lives and works in Brussels. He studied at La Cambre. He is currently in residence at the « Carrefour des Arts » Foundation (Brussels). He presents his first solo exhibition in Paris Qu’est-ce qu’on fait Maintenant qu’on Est contents at Valeria Cetraro Gallery in January 2020. His paintings, albeit figurative, build up through a skilful blend of solid colour swathes and drawing. The subjects, stemming from classic art history – with a distinctive fondness for Italian mannerism – as much as present-day pop culture, pertain to a sensitive intuition. His “collages” of references find a coherent space in the painting work. The combination of images tends towards a form of unreality, the use of vagueness and the mastering of imprecision contribute to the construction of a more poetic vocabulary. The artist enables a free interpretation of the enclosed symbols and gives room for the viewer’s impressions. Diego Wéry is looking for a way to transform the pictorial surface into an opened window to others worlds, deliberately ignoring the inherent rules of perspective and going beyond the symbolism of colours. In some exhibitions, his paintings are part of a more global device, generating forms of installation that include sculptural elements.