• Laura Gozlan, solo show “Youth Enhancement Systems®”, Galerie Valeria Cetraro, Paris, 2019 / photo Salim Santa Lucia

  • Laura Gozlan, solo show “Youth Enhancement Systems®”, Galerie Valeria Cetraro,Paris, 2019 / photo Salim Santa Lucia

  • Laura Gozlan, solo show “Youth Enhancement Systems®”, Galerie Valeria Cetraro, Paris, 2019 / photo Salim Santa Lucia

  • Laura Gozlan, solo show “Mum please”, La chambre #19, Sleep Disorders. Aubervilliers, 2019

  • Laura Gozlan, solo show “Mum please”, La chambre #19, Sleep Disorders. Aubervilliers, 2019

  • Laura Gozlan, solo show “Mum please”, La chambre #19, Sleep Disorders. Aubervilliers, 2019

  • Laura Gozlan, solo show, “No spares no soul”, L’art dans les Chapelles, Chapelle Saint-Adrien, Saint-Barthélemy. 2018

  • Laura Gozlan, group show, “Demortalized Wasteland”, CAC, La Traverse, Alfortville, 2018

  • Laura Gozlan, solo show “Hail to The New Flesh”, White Crypt project space, Londres, 2017

  • Laura Gozlan, solo show "physical self", Galerie Valeria Cetraro, Paris, 2017

  • Laura Gozlan, solo show "physical self", Galerie Valeria Cetraro, Paris, 2017

  • Laura Gozlan, solo show "physical self", Galerie Valeria Cetraro, Paris, 2017

  • Laura Gozlan, solo show "physical self", Galerie Valeria Cetraro, Paris, 2017

  • Laura Gozlan, solo show "physical self", Galerie Valeria Cetraro, Paris, 2017

  • Laura Gozlan, solo show "physical self", Galerie Valeria Cetraro, Paris, 2017

  • Laura Gozlan, group show “Remote Viewing”, Les moulins de Paillards, Poncé, 2014

  • Laura Gozlan, group show “Remote Viewing”, Les moulins de Paillards, Poncé, 2014

  • Laura Gozlan, group show “Remote Viewing”, Les moulins de Paillards, Poncé, 2014

  • Laura Gozlan, group show “Au-delà de l’image II”, Galerie Valeria Cetraro, Paris, 2015

  • Laura Gozlan, group show “Au-delà de l’image II”, Galerie Valeria Cetraro, Paris, 2015

  • Laura Gozlan, group show “Au-delà de l’image II”, Galerie Valeria Cetraro, Paris, 2015

  • Laura Gozlan, solo show “Screening Emporio”, Atelier Rouart, Paris, 2015

  • Laura Gozlan, group show “Through the Silver Globe” Magasin CNAC, Grenoble, 2015

  • Laura Gozlan, solo show “Vitalium”, Parc Saint Léger, CAC Pougues-les-Eaux – Hors-les-murs, College M. Genevoix, Decize. 2018

Les installations, les films et les sculptures de Laura Gozlan questionnent les liens entre les sous-cultures et le posthumanisme, leurs mythes fondateurs (New Age, cybernétique) et leurs dystopies. Au sein de ses installations, l’artiste génère des flux vidéos assemblant, sans hiérarchie, des images empruntées et des images tournées sur des pièces sonores dont les phases et les motifs induisent des états de conscience modifiés. Elle puise tant dans le giallo*, le film d’anticipation des années 70-80 que le document scientifique qui recèlent de mythes techno-utopistes. Diplômée des Arts Décoratifs de Paris puis du Fresnoy, Studio National des Arts Contemporains, Laura Gozlan développe des environnements sculpturaux qui accueillent des projections dans la logique de l’Expanded Cinema de Gene Youngblood. Par des opérations de fragmentation, de froissement et de réflexion, elle recherche une forme de tri-dimensionnalité dans l’image projetée. Récemment, elle renoue avec la fabrique de films, et repasse à la fois devant et derrière la caméra afin d’interpréter son propre personnage. Les décors et les objets que le personnage manipule sont issus de la pratique sculpturale de l’artiste au même titre que ses installations.

* Sous-genre du film d’exploitation, majoritairement transalpin, mêlant dans des mises en scène très stylisées et parfois expérimentales les genres du thriller, de l’érotisme et de l’épouvante et trouvant son apogée autour des années de plomb, avec des cinéastes tels que Mario Bava, Lucio Fulci et tardivement Dario Argento.

Laura Gozlan est née en 1979 à Beauvais. Elle vit et travaille à Paris.
Après avoir suivi des études de scénographie à TAIK (Helsinki) et à l’École Nationale Supérieure des Arts Décoratifs de Paris, elle est ensuite diplômée du Fresnoy, Studio national des Arts Contemporains. De 2007 à 2011, ses films sont projetés au Grand Palais, au Jeu de Paume, à la Cinémathèque française ainsi que celle du Québec et dans le cadre de festivals : Premiers Plan d’Angers, Regensburger Kurzfilmwoche, Interfilm Berlin, Loop Barcelona. De 2012 à 2015, ses pièces sont exposées au 57e Salon de Montrouge, à Micro-onde – CAC de Vélizy-Villacoublay, à la Panacée CCC de Montpellier, à la Maison populaire de Montreuil, à La Box de Bourges ainsi qu’à In extenso, Clermont-Ferrand en solo. Parmi les expositions collectives en 2016 : « Naturally Obscure » à la Passerelle Centre d’art contemporain de Brest, « Briser la glace » à l’Ecole du MAGASIN à Grenoble et « Il y a de l’autre » dans le cadre de la 47e édition du Festival d’Arles. Elle présente sa première exposition personnelle à la Galerie Valeria Cetraro (ex Escougnou-Cetraro) en avril 2017.
Son travail fait partie des collections du FRAC Normandie Caen et du FRAC Occitanie.

 


 

Laura Gozlan’s installations, videos and sculptures question the links between subculture and Posthumanism, their founding myths (New Age, Cybernetics) and their dystopias. Within her installations, the artist creates video fluxes by assembling in a non-hierarchical way both images she borrowed or shot herself, and merging them with a soundtrack whose phases and patterns induce altered states of consciousness. She finds as much inspiration in the giallo* as in the 70-80’s anticipation films and in scientific documents. A graduate from Les Arts Décoratifs de Paris and Le Fresnoy – Studio National des Arts Contemporains, Laura Gozlan elaborates sculptural environments along the lines of Gene Youngblood’s Expended Cinema. Through fragmentation, crumpling and reflection operations, she conducts research on the three-dimensionality of projected images. Lately, she has been reconnecting with filmmaking, placing herself both behind the camera and in front of it to play her own character. The sets and objects handled by the character on screen come from the artist’s sculptural practice, and so do her installations.

* Exploitation film sub-genre, mainly from the Alpine region, involving thriller, eroticism and horror movie genres in a very stylized and sometimes experimental staging. Giallo reached its peak during the Years of Lead, with filmmakers such as Mario Bava, Lucio Fulci, and later, Dario Argento.

Laura Gozlan was born in 1979 in France. She currently lives and works in Paris.
She studied art and scenography at TAIK (Helsinki), at the Ecole Nationale Supérieure des Arts Décoratifs in Paris, graduated from Le Fresnoy – Studio national des arts contemporains, in 2007. From 2007 to 2011, her films were shown at the Grand Palais, Jeu de Paume, at the French Cinematheque and the Cinematheque of Quebec as well as in festivals such as Premiers Plan d’Angers, Regensburger Kurzfilmwoche, Interfilm Berlin, Loop Barcelona. From 2012 to 2015, her works were exhibited at the 57th Salon de Montrouge, at Micro-onde – CAC of Vélizy-Villacoublay, at la Panacée CCC of Montpellier, at la Maison populaire in Montreuil, at La Box in Bourges and at In extenso, Clermont-Ferrand in a solo show. Among her exhibitions in 2016: « Naturally Obscure » to the Passerelle Contemporary Arts Center of Brest, « Briser la glace » at l’Ecole du Magasin of Grenoble and « Il y a de l’autre » for the 47th edition of the Festival of Arles. She presented her first solo show at Valeria Cetraro Gallery, Paris (ex Escougnou-Cetraro) in April, 2017.
Her works have found their way to public collections such as: FRAC Normandie Caen and FRAC Occitanie.

 

« Expanded cinema, an interview with Laura Gozlan », in Cinc, may 2020, text by Flora Leahy (en)

« When the time swirls, when it turns into a black hole », a group show at Futura, Prague, in Tzvetnik, January 2020, text by Maija Rudovska (en)

« When the time swirls, when it turns into a black hole at Futura », in Art Viewer, January 26th 2020, text by Maija Rudovska (en)

« Laura Gozlan, Youth Enhancement System », in artpress web, 12 septembre 2019, par Indira Beraud (fr)

« Se défoncer à la momie : la cure de jouvence de Laura Gozlan, in YACI, Internacional young art criticism, novembre 2019, par Camille Bardin (fr)

Interview with Laura Gozlan, in Scandale Project, novembre 2019 (en)

« Youth Enhancement System, la deuxième exposition personnelle de Laura Gozlan à la galerie Valeria Cetraro », in La dispute, France Culture, 29 octobre 2019 (fr)

« Dix expos à ne pas manquer cette rentrée », in ID-Vice, 11 septembre 2019, par Rémi Guezodje (fr)

« Youth Enhancement System », in Aluring.com, par Clément Sauvoy, 25 juillet 2019 (fr)

« Auser Limbo », in Scandale Project, September 2019 (en), text by Paolo Emilio Antognoli (en)

Laura Gozlan, entretien avec Pedro Morais, in *Duuu Radio, émission du 9 juillet 2019 (fr)

« Laura Gozlan at Parc Saint-Leger, Pogues-Les-Eaux », in Daily Lazy, September 2018, text by Elena Cardin (en)

« Pays de Pontivy. L’ art dans les chapelle se visite aussi en musique », in Ouest France, 28 août 2018 (fr)

« Laura Gozlan, physical self », in Purple, May 5th 2017, text by Riccardo Ventury (en)

« Laura Gozlan, physical self », in Kubaparis, April 2017, text by Riccardo Ventury (en)

« Naturally Obscure » Laura Gozlan, in Mousse magazine, August, 2016 (en)

« The Prophecy of Bees », in metropolism, April 17th, 2016, by Anne Marijn Voorhorst (nl)

« A quoi ressemble le futur chez les artistes contemporains ? », in Les Inrocks, mars 2016, par Ingrid Luquet-Gad (fr)

« Poltergeist nocturne », janvier 2016, par Anna Maisonneuve (fr)

« Introducing Laura Gozlan », in artpress n.429, janvier 2016, par Ingrid Luquet-Gad (fr/en)

« Radical Software : les ailes du désuet », in Libération, 6 juillet 2015, par Judicaël Lavrador (fr)

« Laura Gozlan : digital haptyque », in Le Quotidien de l’Art n. 781, 27 février 2015, par Julie Portier (fr)

« Perversion Story », in L’Art Même, 2e semestre 2014, par Olivier Mignon (fr)

« Laura Gozlan : The Foresseable future », in Inferno, 10 mars 2014, par Yann Ricordel (fr)

« Laura Gozlan, la conquête spatiale entre archives et science-fiction », entretien avec Laura Gozlan, in Les Inrocks, 2014 (fr)